Robert de Laroche, auteur et éditeur, répond à quelques questions sur les chats!

Content Image

Les chats m’ont apporté énormément. Ils m’ont appris à être plus à l’écoute des autres, à maîtriser le langage non verbal, à déployer mon imagination, entre autres choses.

Robert de Laroche, auteur d’une trentaine de livres sur les chats et éditeur de « La tour verte », m’a fait l’honneur de répondre à quelques questions sur sa relation aux chats.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots

Robert de Laroche. Je suis né à Paris en 1949 mais je vis depuis longtemps dans un petit village à la campagne, en Normandie. Je suis journaliste, écrivain et également éditeur depuis neuf ans.

Vous avez écrit de nombreux livres sur les chats, d’où vient cette passion pour les félins ?

J’en ai effectivement écrit une trentaine, en particulier « Parole de chat ! », « Chats de Venise », « Les mots de Toto ». Je suppose que c’était dans mes gènes, ou bien peut-être est-ce une compatibilité de phéromones ! Toujours est-il que ce sont les chats qui sont venus vers moi, à la campagne, dès ma petite enfance, et que je les ai aussitôt adorés. Des dizaines d’années plus tard, les chats sont toujours une de mes sources majeures d’équilibre et de joie.

Quelle est votre relation avec les chats et tout particulièrement les vôtres ? Quelle est leur place dans votre vie ?

Même s’il m’est arrivé de faire parler certains de mes chats dans des livres, comme Bidule, et bien sûr Toto la Terreur, j’ai très vite compris l’importance de laisser au chat sa place d’animal, à ne pas en faire le substitut d’autre chose, d’un enfant ou autre. J’aime mes chats parce qu’ils sont une présence de la vie animale dans ma maison, et qu’ils vivent leur vie tout en partageant la mienne.

La présence de chats vous est-elle essentielle ? Et pourquoi ?

Un jour où je me trouvais dans un de ces rudes moments de la vie où on perd ses compagnons félins, puisque leur existence tourne autour d’une quinzaine d’années, je me demandais s’il était raisonnable, comme je voyageais beaucoup à l’époque, de reprendre un chat. Un médecin intelligent me répondit : « Pourquoi voulez-vous vous priver de quelque chose qui vous fait tant de bien ? » Il avait tout compris ! Les chats m’ont apporté énormément. Ils m’ont appris à être plus à l’écoute des autres, à maîtriser le langage non verbal, à déployer mon imagination, entre autres choses.

Une anecdote heureuse avec l’un de vos chats ?

Il y aurait de quoi faire un livre ! Ce que j’ai d’ailleurs fait à plusieurs reprises. Je pense à la manière dont mon joyeux Toto la Terreur (un immense matou noir et blanc) congédiait les invités quand il estimait qu’un apéritif dans le jardin s’éternisait. Il marchait d’un pas assuré vers les invités, faisait volte-face, levait la queue en l’air, et… vous devinez la suite ! Cette façon de marquer son territoire sonnait le départ imminent des gens, plutôt surpris, je dois dire !

Selon vous, à quoi reconnaît-on un chat heureux ?

Au fait qu’il observe et reproduit un certain nombre d’habitudes au cours de la journée et de la nuit. Le chat est un animal qui tient à son « emploi du temps », et quand on observe des modifications, voire des altérations, il faut ouvrir l’œil. Un chat heureux est un chat sans histoire, qui se contente de goûter le bonheur de vivre.

Pensez-vous que les animaux contribuent à notre bien-être ? Si oui, de quelle(s) manière(s) ?
Ont-ils une valeur thérapeutique à vos yeux ?

J’en suis persuadé. Dans des périodes très difficiles (deuil, dépression, maladie), je n’aurais pas réussi à tenir le cap sans la présence de mes chats. Il m’est arrivé de tenir bon pour eux, parce que ma responsabilité passait avant tout. Ça m’a permis de rester debout. Cela dit, ils me font autant de bien quand je ne rencontre aucun problème, Dieu merci ! Une valeur thérapeutique ? Certainement. On sait ce qu’il en est du fait que caresser un chat abaisse la pression systolique. Je suis persuadé que les chats m’aident à trouver le sommeil (un chat qui ronronne contre moi, je m’endors…). J’ai subi récemment une opération à un œil. J’étais allongé sur mon lit. Mina, ma chatte, est grimpée sur ma poitrine. J’ai fermé les yeux. Elle s’est mise à renifler tout mon visage, puis s’est arrêtée juste au-dessus de l’œil malade et, très doucement, a posé son museau sur la paupière. Elle avait tout compris.

Avez-vous été confronté à un problème de comportement ou de santé avec l’un de vos chats ?

Bien sûr, comme tout le monde. L’un de mes chats, Bidule, a souffert assez tôt d’une insuffisance rénale. Je lui faisais prendre des tisanes de plantes, et l’ai maintenu en vie six ans de plus. Il avait une confiance totale.

Si oui, avez-vous eu recours à des pratiques alternatives comme la naturopathie, la communication animale ou l’énergétique ?

Jusqu’à présent, non.

Si vous aviez une baquette magique, aimeriez-vous vous transformer en chat ?

Inutile, je crois avoir déjà sauté le pas depuis longtemps. D’où le titre d’un de mes livres : « Plus chat que moi… »

« La saison des chats« , un des nombreux livres écrit par Robert de Laroche

http://www.latourverte.com
Maison d’édition artisanale créée par Robert de Laroche, désireux de partager avec des lecteurs passionnés ses thèmes de prédilection : le cinéma, les chats, Venise, le patrimoine, la littérature et le fantastique.

Vous partagez votre quotidien avec un ou plusieurs chats et aimeriez comprendre plus en profondeur certaines attitudes ou réactions ? Vous avez le sentiment que vous pouvez aller plus loin au niveau de la relation avec votre chat pour son bien-être mais aussi le vôtre mais cela vous semble trop compliqué ou inaccessible ? N’hésitez pas à vous inscrire pour la Formule Louise en CLIQUANT ICI

Frédérique Destexhe Frédérique Destexhe
Laisser un témoignage

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thumbnail

« Article précédent
Stéphane Garnier auteur du livre "Agir et penser comme un chat" répond à quelques questions sur...

Thumbnail

Article suivant »
Fabienne Bizet : L’intuition et les chats : et si on s’en inspirait ?!